La Cour suprême du Canada légalise le sexe avec des animaux, les défenseurs des animaux scandalisés

23 juin 2016

La Cour suprême canadienne vient de statuer sur la définition du crime de bestialité : à six contre un, les juges ont décrété que seuls les cas où il y a pénétration pouvaient être qualifiés de crimes, rapporte la CBC.

Selon la justice canadienne, la zoophilie n’est illégale que s’il y a pénétration

 

Un cas sordide d’agression sexuelle a poussé la Cour suprême canadienne à statuer sur la définition de la bestialité.

Cette décision juridique fait suite au procès d’un homme reconnu coupable d’agressions sexuelles sur ses belles-filles pendant plusieurs années, et condamné à seize ans de prison. Un des chefs d’accusation à son encontre était d’avoir forcé une de ses belles-filles à commettre des actes de bestialité (en l’occurrence se mettre du beurre de cacahuète sur les parties génitales pour que leur chien les lèche).

Mais il avait fait appel de cette accusation auprès de la Cour suprême de Colombie Britannique et, en 2015, il avait été acquitté quant à la zoophilie. Le gouvernement canadien a ensuite fait appel de cette décision devant la Cour suprême, qui vient de confirmer l’acquittement. Suite à cette décision, la peine du détenu sera réduite de deux années. [Lire la suite...]



© Crédits Photos & sources : infos24.elyon.fr
Courte reproduction partielle autorisée suivie par un lien redirigeant vers cette page.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article